Le corps dans le Folk : des outils corporels simples pour ne pas se faire mal, offrir confort et clarté à son/sa partenaire, et développer sa fantaisie et sa musicalité.

Le corps

Le folk est un milieu de danse où la sociabilité, la joie et le plaisir priment, c’est ce qui le rend tellement addictif! Rares sont cependant les espaces où ces danseurs de tous crins et de tous horizons tournent leur attention sur leur corps, leur posture, leur confort et par là-même le confort qu’ils offrent à leur partenaire. Dans ces ateliers, Laure propose donc de revisiter les danses folk, et en particulier les danses de couple, à la lumière d’éléments corporels simples de posture : quels appuis ai-je au sol, mon bassin pourrait-il reculer un peu, est-ce que je perds en connexion si je redresse mon dos et tiens ma tête plus droite, comment puis-je relâcher mes épaules, qu’est-ce que mon « centre » et comment le mobiliser, etc…

Danser la musique

En connaissant mieux mon corps, en dansant avec plus de conscience de ma posture, je vais peu à peu trouver plus de liberté dans mes mouvements et enrichir mon vocabulaire de danse. Danser avec la musique, c’est trouver les ressources corporelles pour danser même quand on ne connaît pas les pas, pour arrêter de faire tout le temps les mêmes mouvements de la même manière, pour interpréter la musique et le rythme plutôt que d’en être prisonnier.

Tango & folk

Avec chaque pied ancré profondément dans chacun de ces deux univers, le folk et le tango, Laure tisse sa danse et sa pédagogie de l’un à l’autre, l’un dans l’autre. Depuis 2015, elle développe des résidences de travail en ce sens, elle co-organise les 3 éditions de Saltabimus, Rencontres de Danses Improvisées, Folk, Tango et Contact-Impro, développe une pédagogie du tango spécialement adaptée aux danseuses et danseurs de folk, introduit toute une série d’outils du tango dans son enseignement des danses de couple, etc… Elle danse et enseigne notamment avec Koen Dhondt (Bruxelles), Benoît Bulle (Toulouse), Rémy Tatard (Toulouse), etc…

Intitulés des ateliers :

  • Danser même si je ne connais pas les pas ;
  • Comment ne pas s’ennuyer sur la Scottish ;
  • Jouer avec la Mazurka ;
  • Les différentes dynamiques de la Valse à trois temps ;
  • Les Valses asymétriques (5 temps et 8 temps) ;
  • Tourner la Polska ;
  • Atelier spécial guidé(e) : se respecter dans les danses de couple ;
  • Les outils du tango pour le folk – mazurka, scottish
  • Les outils du tango pour le folk – valse
    Dans ces deux variantes d’atelier, la base est la même : faire appel à ce que le tango implique de conscience corporelle et de possibilités infinies de mouvement à deux, pour enrichir sa danse en folk, à la fois en terme de qualité de connexion et de liberté d’improvisation
  • « Danse : tango ; Ambiance : Folk » : atelier d’initiation au tango argentin dont la pédagogie est spécialement adaptée aux danseurs de folk.
  • « FOLK’ANATOMIE » : Un approfondissement  des principales danses de couple folk, mazurka, scottish et valse, via quelques notions choisies d’anatomie. Ce travail vise à créer des connexions entre la compréhension mentale des merveilles biomécaniques de notre corps, et les sensations corporelles qu’on en a, comment on habite notre corps toujours plus finement, pour gagner en confort, en soin, en musicalité, en créativité et en justesse technique. Folkanatomie s’appuie sur la projection d’un logiciel d’anatomie en 3D. Quatre modules disponibles :
    • #1 : les appuis – le sol est ton meilleur ami ;
    • #2 : le bassin et le centre : entre tonicité, détente et protection ;
    • #3 : Dos et tête : de la terre au ciel, structure et souplesse ;
    • #4 : Épaules et bras : Toi et Moi
  • « Corps et Musique » : un travail sur le corps comme instrument de musique : comment un corps disponible permet à la fois une communication beaucoup plus fluide et précise entre les partenaires et une réelle incarnation de la musique à deux.

Laure donne ses ateliers Folk un peu partout en France ainsi qu’en Belgique, dans le cadre de festivals (Grand Bal de l’Europe, Châtillon en Diois…) ou invitée par des associations. Elle donne régulièrement des ateliers à Marseille avec l’asso Marsatrad.